Bienvenue

RDV le 25 novembre à 19:00 au Mât(5), Place du 12 Septembre à Neuchâtel, pour célébrer le hissage au bord du lac. Une collecte y sera tenue dès 17:00 pour l’organisation d’un prochain convoi d’aide aux migrants (probablement de Calais). Bienvenus aux bâches, tentes, sacs à dos, chaussures & manteaux chauds, couvertures, sacs de couchage, écharpes, gants, chaussettes et sous-vêtements d’hiver, dentifrice et brosses à dent.

A partir du XVe siècle, la Suisse s’est révélée être une terre d’accueil pour les étrangers. Les flux de migration y sont variés. Parfois ce sont les Suisses qui ont dû ou ont fait le choix de quitter leur pays. D’après le rapport 2016 de la croissance démographique(1), l’immigration s’est chiffrée à 60’262 habitants. Le solde migratoire reste néanmoins en diminution de 15% par rapport à 2015 sous l’effet de la baisse continue des entrées sur le territoire conjuguée à l’augmentation des départs.

Fin septembre 2017, l’espoir et l’inverse :
– les Nations Unis se félicitent de « l’accélération impressionnante » du programme pour réinstaller des demandeurs d’asile se trouvant notamment « en première ligne » en Grèce et en Italie. Les trois principales nationalités déplacées sont les Syriens, les Érythréens et les Iraquiens. Un tiers des demandeurs d’asile sont des enfants. L’UE et les États associés ont jusqu’à fin décembre 2017 pour réinstaller les 106’000 demandeurs d’asile bénéficiaires du programme.(2)
– plus de la moitié des nyonais votant viennent d’oublier leur histoire et ont refusé d’accueillir un foyer pour migrants dans leur ville.

Comme en France « une race, des peuples, une religion sont stigmatisés par une politique manipulant la masse par la peur de l’autre, la peur de la différence »(3). Notre voisine est le pays des droits de l’homme, mais certains y ont plus de droits que les autres. Il est d’autant plus révoltant de savoir que « les enfants non accompagnés doivent, selon la loi française, être pris en charge par l’état français et cela n’est respecté. »(3) rapporte Cédric Herrou en prison chez lui parce qu’il a aidé d’autres êtres humains.

Un drapeau hissé deux mois dès fin novembre 2017 sera un symbole d’encouragement à une Suisse d’accueil ; un symbole solidaire vers les personnes qui tendent la main à leur prochain comme Cendrine Pouzet(4) organisatrice de convois de soutien aux migrants ; un appel au respect des droits humanitaires même (et surtout) lors d’une expulsion.


(1) Rapport de la croissance démographique 2016 : www.sem.admin.ch
(2) www.un.org
(3) Cédric Herrou : www.facebook.com/HerrouCedric
(4) Cendrine Pouzet : www.facebook.com/cendrine.pouzet
(5) www.facebook.com/MATartspace, une proposition de Liza Trottet, Martin Jakob et Colin Raynal