BÖSINESS

View Calendar
2018-11-22 - 2018-11-25 All day
Arsenic
Phone: +41 21 625 11 22

BÖSINESS

Tout le monde l’attendait! THE OPÉRA-ROCK de Böse Wicht, figure spectrale, double maléfique de l’artiste Philippe Wicht. Big Boss d’une entreprise obscure, Böse Wicht nous invite dans sa zone fantôme afin d’expurger le «business» d’une époque attachée exclusivement aux succès extérieurs. Peur de l’échec, réalité toujours plus désincarnée de sa matérialité, devoir de singularité… Comment réconcilier morale et politique pour que l’idée de réussite repose sur une réelle réalisation de soi? En transfigurant la culture du clip et de la mode en une expérience mystique et sombre, Philippe Wicht célèbre en dansant et chantant les citoyen·ne·s de demain, leurs corps et leurs libertés.

jeu 22 Nov 19:30
ven 23 Nov 19:30
sam 24 Nov 19:30
dim 25 Nov 19:00

Concept et mise en scène: Philippe Wicht. Avec: Julien Alembik, Chienne de Garde, Christophe Jaquet, Ernestyna Orlowska, Philippe Wicht. Musique: Böse Wicht. Production album et Mastering: Clive Jenkins. Fashion: Forbidden Denimaries par Mikael Vilchez. Vidéo: Lauren Huret. Drapés: Malvin Suarez. Design: Cetusss. Créateur lumière: Edouard Hugli. Technicienne son: Vil Zollinger. Administration: Marion Houriet. Production: Böse Wicht Zone. Coproduction: Arsenic – Centre d’art scénique contemporain. Soutiens: Canton de Vaud, Pour-cent culturel Migros.

Related upcoming events

  • 2020-03-11 - 2020-03-13 All day

    Böse Wicht – double maléfique de l’artiste Philippe Wicht – ouvre les portes de son Bösiness, entreprise obscure aux allures de cathédrale digitale, défilé de mode freak traversé d’araignées fantomatiques où œuvre un big boss tyrannique. Dans son opéra-rock démoniaque chanté en anglais et en français, le Bösewicht du théâtre romand (littéralement «méchant d’une fiction» dans la langue de Rammstein) s’entoure de quatre performeurs pour invoquer, à travers une imagerie vidéo sculpturale et corporative et au son d’une dark pop puissante et envoûtante, les cadavres de notre modernité. Sur le podium, les corps augmentés se dénaturent en reflets inquiétants, répercutés par trois écrans géants. Cérémonial infernal autour du succès et de l’obsession contemporaine pour le paraître et le besoin viscéral de reconnaissance, Bösiness exorcise nos dogmes de réussite et de croissance néolibérale, proposant rien de moins qu’une spiritualité alternative. Fantasmagorique et forcément méchant.

Posted in: .